Chiffre Romain 4 des cadrans, IIII au lieu de IV<br/><br/>

Chiffre Romain IIII -

Chiffre Romain 4 des cadrans, IIII au lieu de IV

Par L'Horloger
7 min de lecture - 1664 mots

L'histoire et l'origine des chiffres romains


Avant de rentrer dans le vif du sujet, intéressons nous à l'histoire des chiffres romains. Les chiffres romains ont leur origine, comme leur nom pourrait le suggérer, dans la Rome antique. Il existe sept symboles de base : I, V, X, L, C, D et M. La première utilisation de ces symboles est apparue entre 900 et 800 avant J.-C.

Les chiffres sont nés de la nécessité d'une méthode de comptage commune, essentielle aux communications et au commerce. Compter sur ses doigts devenait pour ainsi dire incontrôlable lorsque l'on atteignait 10. Un système de comptage a donc été mis au point, basé sur la main d'une personne

Colisée Rome Antique

Signification des chiffres romains


Une seule barre, ou "I", désigne une unité ou un doigt, le "V" représente cinq doigts, plus précisément la forme en V que forment le pouce et l'index. Le "X" était égal à deux mains. (Un "X" est la combinaisons de deux "V" se touchant à l’extrémité).
Les chiffres romains plus grands ont été développés à partir d'autres symboles mais nous nous arrêterons à ce stade concernant les cadrans.

Peut-être voudriez-vous faire un tour sur la collection de Montre à Gousset Vintage avant de continuer votre lecture :

Montre à gousset vintage | La Montre à Gousset

Comment lire les chiffres romains


Les nombres sont formés en combinant différentes lettres et en trouvant la somme de ces valeurs. Les chiffres sont placés de gauche à droite, et l'ordre des chiffres détermine si vous ajoutez ou soustrayez les valeurs. Si une ou plusieurs lettres sont placées après une lettre de plus grande valeur, vous faites une addition. Si une lettre est placée avant une lettre de plus grande valeur, vous soustrayez. Par exemple, VI = 6 parce que V est supérieur à I. Mais IV = 4 parce que I est inférieur à V.

Il existe un certain nombre d'autres règles relatives aux chiffres romains. Par exemple, n'utilisez pas le même symbole plus de trois fois de suite. Lorsqu'il s'agit de soustraire des montants, seules les puissances de 10 sont soustraites, comme I, X ou C, mais pas V ou L. Par exemple, 95 n'est pas VC. 95 est XCV. XC est égal à 100 moins 10, ou 90, donc XC plus V, ou 90 plus 5, est égal à 95.

En outre, un seul nombre peut être soustrait d'un autre. Par exemple, 13 n'est pas IIXV. Il est facile de voir comment le raisonnement serait : 15 moins 1 moins 1. Mais si l'on suit la règle, il s'agit plutôt de XIII, ou 10 plus 3. Vous ne pouvez pas non plus soustraire de 1 un nombre qui est plus de 10 fois supérieur. Vous pouvez soustraire 1 de 10 (IX) mais vous ne pouvez pas soustraire 1 de 100 ; il n'existe pas de nombre tel que IC. Vous devez plutôt écrire XCIX (XC + IX, ou 90+9). Pour les nombres supérieurs à 1 000, une barre placée au-dessus de la lettre ou de la chaîne de lettres multiplie la valeur du chiffre par 1 000.

Pourquoi le IIII sur les cadrans :


Les propriétaires de montres avec un cadran à chiffres romains ont peut-être remarqué quelque chose d'étrange, d'assez inhabituel. Alors que le chiffre 4 est généralement écrit IV dans le système numérique romain, certaines montres s'appuient sur la typographie IIII. On appelle ces 4, des quatre d’horloger.
Pourquoi certaines horloges analogiques, ou montres à gousset, avec des chiffres romains ont-elles le 4 écrit "IV", alors que d'autres ont "IIII" ?
C'est l'une de ces questions auxquelles personne ne semble avoir de réponse définitive, et personne n'en aura probablement jamais. Ce que nous avons, c'est une poignée de théories concurrentes, certaines avec beaucoup de trous et d'autres qui pourraient être vraies. Vous devrez choisir celle qui vous semble la plus probable et faire avec.

Le système numérique romain n'est plus largement utilisé. La plupart des pays occidentaux utilisent des chiffres arabes, les pays asiatiques ont leur propre système numérique et la culture arabe utilise une typographie différente des chiffres arabes classiques. Cependant, en horlogerie, les chiffres romains ont été utilisés et sont encore utilisés sur de multiples cadrans.

Il est maintenant temps d'essayer de trouver une réponse à cette question cruciale même si cela ne changera pas la face du monde, il est intéressant de comprendre pourquoi le monde horloger a décidé de parfois utiliser le numéro IIII au lieu du numéro IV plus commun. Voici quelques-unes des explications possibles que nous avons trouvées.

Une Offense à Jupiter :


Chiffre romain IIII IVPPITER - Jupiter | La Montre à Gousset

 

Pièce ancienne (Empire romain) représentant Jupiter - ou plutôt IVPPITER.

Si les Romains n'arrivèrent pas jusqu'à l'horloge mécanique, ils avaient adopté le concept du cadran solaire, basé sur ceux de l'ancienne astronomie babylonienne (vers 1500 av. JC). Il ne faut pas oublier que l'horlogerie est un enfant de l'astronomie. Pour cette raison, de multiples cadrans solaires ont été trouvés à Rome et dans les poches des Romains, en effet, le cadran solaire de poche. Certains cadrans solaires anciens ont été trouvés avec des chiffres romains gravés. Certains avaient la présentation IV, d'autres avaient IIII.

L'une des raisons pour lesquelles IIII a été utilisé à l'époque pourrait s'expliquer par la mythologie romaine. À l'époque, la divinité suprême de Rome était Jupiter, dieu du ciel et du tonnerre et roi des dieux dans la religion romaine antique. En latin, Jupiter s'écrivait IVPPITER. Comme vous ne jouez pas avec les dieux, les Romains auraient pu hésiter à graver une partie du nom de leur divinité suprême sur les cadrans solaires ou l'imprimer dans des livres, IIII est devenu la représentation préférée pour quatre. Les horlogers se sont tenu à IIII juste pour le bien de la tradition.

IIII était la première façon d'écrire 4 :


Dans une autre théorie, la notation soustractive où IV, au lieu de IIII, représente 4, n'est devenue la norme que bien après la chute de l'Empire romain occidental. Il est donc probable que IIII a été utilisé sur les cadrans solaires (et partout ailleurs) simplement parce que c'était le bon chiffre à utiliser à l'époque, et non par crainte de représailles divines.

Une fois que la notation soustractive est apparue et qu'un choix s'est présenté, soustraire à V ou non à V est devenu une question à laquelle chaque horloger devait répondre par lui-même. Certains ont adopté la nouvelle norme IV parce qu'il s'agissait de la nouvelle norme, mais d'autres se sont accrochés à la norme IIII traditionnelle mais avant la notation soustractive le IX s'écrivait VIIII (9).

Plus facile pour le citoyen non-éduqué:


BRUEGHEL La Kermesse villageoise avec un théâtre et une procession

IIII est peut-être resté parce qu'il est facilement reconnaissable comme étant quatre. Cela implique un peu de maths. Oui, ce n'est qu'une simple opération de soustraction, mais n'oubliez pas que lorsque la notation soustractive s'est réellement répandue au Moyen Âge, la majorité des gens ne savaient ni lire ni compter. La soustraction, c'était beaucoup de réflexion. De plus, IV et VI auraient pu être facilement confondus par les non-éduqués (de même avec IX et XI, c'est pourquoi neuf était parfois représenté par VIIII).

L'Horloger paresseux :


Une autre hypothèse est celle de l'horloger paresseux... Une hypothèse que nous ne prenons pas vraiment au sérieux. Bien que cela ne s'applique pas aux horloges avec des chiffres gravés ou peints, si les chiffres étaient coulés dans du métal ayant IIII au lieu de IV et VIIII au lieu de IX (mais dans ce cas, il suffit de le retourner) aurait pu rendre la vie de l'horloger un peu plus facile. Si vous vous fiez à la notation additive, vous obtiendrez ces chiffres : I, II, III, III, IIII, V, VI, VI, VII, VIII, VIII, VIIII, X, XI, XI, XII. Cela signifie que vous pouvez créer moins de moules, car vous utiliserez le même moule de base pour les quatre premiers chiffres et le même moule de base pour les nombres de VI à VIIII. Seulement trois moules seraient nécessaires : un premier en forme de IIII partiellement rempli pour créer les nombres I, II, III et IIII, un deuxième en forme de VIIII utilisé pour créer les nombres V, VI, VII, VIII et VIIII et un dernier en forme de XII, utilisé pour couler le nombre X, XI et XII. Il faudrait donc un moule de plus pour faire le IV.

Louis XIV, le Roi Soleil :

 

Louis XIV Roi Soleil | La Montre à Gousset

Le roi Louis XIV aurait préféré IIII à IV, peut-être pour les mêmes raisons vaines que Jupiter ne voulait pas que son nom soit inscrit sur un cadran solaire avec deux lettres, il ordonna à ses horlogers d'utiliser la première méthode. Certains horlogers ont suivi la tradition, d'autres non. Le problème ici est que cette histoire est racontée en relation avec de nombreux autres monarques, et IIII a été utilisé aussi dans les régions où il n'y avait pas de roi avec un IV dans son titre pour s'opposer à la notation soustractive.

L'équilibre Visuel du cadran :

 

Imaginez un cadran de montre avec des chiffres romains, et regardez les chiffres opposés les uns aux autres, tous sont en parfait équilibre, sauf le VIII "lourd" et le IV "léger", l'équilibre optique est rétabli en imprimant un IIII aussi "lourd". L'utilisation du IIII permet également de répartir le cadran en 3 zones régulières (de I à IIII, de V à VIII et de IX à XII)

 

3 groupes symétrie Chiffre romain 4 | La Montre à Gousset

Si l'on divise le cadran de la montre verticalement, exactement 14 caractères romains apparaissent de chaque côté du cadran (gauche et droite).

14 chiffres du Quatre horloger | La Montre à Gousset

La symétrie est très importante dans le monde de l'horlogerie. Si l'on utilisait "IV", la symétrie parfaite du cadran de la montre s'en trouverait bouleversée. 

Comme vous pouvez le voir, il n'y a pas qu'une seule explication simple pour la raison derrière le IIII 😀

Sur La Montre à Gousset, nous avons optez pour les deux numérotations différentes. Vous pouvez y jeter un œil en parcourant notre collection de montres à Gousset !

Collection Montres à Gousset | La Montre à Gousset

Si vous avez des commentaires à formuler ou si vous connaissez d'autres théories, n'hésitez pas à les partager en commentaire.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Articles associés

Comment choisir une Montre à Gousset<br/><br/>
Comment choisir une Montre à Gousset

Par L'Horloger9 min de lecture - 1944 mots Si vous êtes à la recherche d'une nouvelle montre à gousset pour vous-même...
PLUS
8 Raisons de porter une Montre à Gousset<br/><br/>
8 Raisons de porter une Montre à Gousset

Par L'Horloger6 min de lecture - 1105 mots S'il est certainement rare de voir un gentleman porter une montre à gousse...
PLUS
La Montre à Gousset la plus compliquée du monde
La Montre à Gousset la plus compliquée du monde
Par L'Horloger9 min de lecture - 1888 mots La Montre à Gousset Vacheron Constantin Reference 57260 Pour célébrer ses ...
PLUS